Handicap et sexualité

Handicap et sexualité *

Chacun d’entre nous aspire à une vie affective et sexuelle pour accomplir pleinement sa vie d’homme ou de femme. Le handicap ne doit pas être un obstacle au plaisir, que les personnes soient aveugles, atteintes de maladies dégénératives, handicapées moteur, ou déficientes intellectuelles. Il est souvent gênant, insupportable même, de se confronter au regard de l’autre lorsque l’on se trouve en marge des normes sociales si prégnantes dans le champ de l’image du corps et de ses performances. Il est parfois insurmontable d’accéder à une réponse érotique ou sexuelle, lorsque la communication est entravée ou que les besoins ne sont pas même imaginés par la communauté.

Se satisfaire sexuellement seul-e ou avec un partenaire peut s’avérer très compliqué, voire impossible, selon les limitations du corps. Elles/ils sont femmes/hommes avant d’être handicapé-e-s et souhaitent devenir acteurs-trices de leur vie sexuelle au même titre que tout citoyen.

Le problème ne se situe pas du côté des personnes handicapées mais des valides. Il existe un déni, un refus de reconnaître les pulsions et les besoins sexuels des personnes handicapées dépendantes. Il y a aujourd’hui, en France, peu de place dans les textes, et encore moins dans les esprits, pour la prise en compte de la vie intime de ces personnes et il existe, de fait, des discriminations patentes.

Pourtant, des assistant(e)s, accompagnant(e)s sexuel(e)s et des prostitué(e)s spécialisé(e)s existent depuis plus de 25 ans en Hollande et au Danemark, 17 ans en Allemagne, plus récemment en Suisse allemande et maintenant en Suisse Romande et en Belgique. A quand, en France ?

* Jean-Michel Carré termine actuellement un long métrage documentaire sur la problématique handicap et sexualité pour France 2.