Description

Qualifié de plus vieux métier du monde, la prostitution reste un « obscur objet de haine et de désir ». Quelque soit le système politique, pourquoi reste-t-elle l’activité la plus stigmatisée dans nos sociétés, même lorsqu’elle est libre et consentie ?

L’économie de marché a généré la multiplication des salons de l’érotisme et de sociétés d’éditions de vidéos pornographiques, au nom de la prétendue liberté du consommateur et d’une pseudo libération sexuelle. D’un autre côté, la prostitution est restée plus ou moins tolérée dans la plupart des pays, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, fait voter en France, en mars 2003, une loi dite de « sécurité intérieure » incluant le racolage passif des prostituées. Si la prostitution devient très vite moins visible dans nos rues, elle augmente considérablement sur les réseaux Internet et aux périphéries des villes, rendant à nouveau des prostituées à la merci des proxénètes et des réseaux mafieux.

Aujourd’hui, des femmes et des hommes revendiquent le droit de pouvoir louer librement leur corps ou de vendre des services sexuels. Paroles et pratiques dérangeantes, stigmatisées par des jugements moralisateurs, sont la matière même de ce film. Elles nous questionnent sur les rapports hommes – femmes, la sexualité et son contrôle par le pouvoir.

Une production Films Grain De Sable
En coproduction avec Simple Production et RTBF – Unité Documentaire
Avec la participation de France 2
Avec la participation de Planète, et Télévision Suisse Romande (TSR)
Avec la participation du Centre National de la Cinématographie et du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Communauté française de Belgique et les télédistributeurs Wallons
Avec le soutien de la PROCIREP-ANGOA

SEX WORKERS

(and proudly so !)

Prostitution, the oldest profession in the world, remains an obscure questionable « object of hate and desire”. It has been stigmatized as the symbol of exploitation of woman by man in all societies. And yet for the last few years certain men and women have openly claimed the right to rent out their bodies and their sexual expertise as any other skill. Prostitution is a profession like any other with its workers’ rights and obligations.

Is prostitution not, after all, consenting to the sexual act in its purest form? These words themselves are hard to accept. They disturb our vision of a section of society which is too often the victim of moralising vindictiveness putting to question sex itself, the relationships between men and women, power, money, the definition of work.

Prostitution is a social issue. Every country asserts its permissive or coercive laws while never succeeding in eradicating prostitution-slavery. But, the recognition of prostitution as a normal job is perhaps the most radical way to fight against sexual slavery, in the absence of a better world.

This film will try and examine the contradictions in the way our society functions through the testimonies and sexual practices of women and men who claim the right to use their sexuality professionally.

It will be shot mainly in France but also in other countries.

PRESSE

Articles en ligne :

VOD (vidéo à la demande)

Disponible sur :
Fermer le menu
×
×

Panier